La COVID-19

Mise à jour : avril 2021

Contexte

La pandémie de la COVID-19, ou Corona virus disease, a conduit le système de santé à s’adapter durant toute la crise sanitaire. Chaque professionnel de santé s’est concentré sur son cœur de métier au bénéfice de la population. 

Lieu de santé de proximité, les pharmacies sont restées ouvertes depuis le début de la crise sanitaire. Cela a nécessité une adaptation rapide du réseau officinal pour sécuriser l’accueil du public et la protection des équipes. En outre, pour ne pas rompre la chaîne de soins, l’Etat a introduit des mécanismes dérogatoires de dispensation et d’encadrement temporaire de la délivrance de certains produits de santé, mais aussi d’actes (TROD et vaccination Covid, télésoins …). 

Ce chapitre vise à illustrer de quelle manière l’ensemble des compétences du pharmacien d’officine développées dans ce guide ont été actionnées pour faire face à cette situation exceptionnelle.

La démarche qualité : une organisation du travail cruciale face à la crise sanitaire

De très nombreuses dispositions exceptionnelles ont été mises en oeuvre depuis le début de la crise sanitaire. Elles ont été déployées sur plusieurs mois, parfois au jour le jour.  Dans ce contexte, il est essentiel de mettre en place une veille réglementaire quotidienne assurée par un (des) membre(s) de l’équipe officinale. 

Des outils développés par l’ensemble des institutions et des représentant de la profession afin d’accompagner les pharmaciens d’officine sont disponibles. Voici les principales sources à connaître et à consulter:

Sources de référence 

Ministère de la santé : COVID 19-Professionnels de santé

DGS Urgent : Liste des messages d’alerte 

HCSP : avis et rapports

HAS : COVID 19

ANSM : dossier COVID 19

Assurance maladie : Ameli.fr pour les pharmaciens, Amelipro 

Santé publique France : Coronavirus (COVID-19)

ARS : Portail des ARS (choisir votre région)

Ministère du travail : COVID 19

Ordre des pharmaciens : actualités + FAQ Officine COVID 

CESPHARM : COVID 19

Haut comité qualité : COVID 19

Syndicats : FSPF, USPO et URPS pharmaciens

Gestion entrepreneuriale de l’officine : la responsabilité du chef d’entreprise 

En tant que chef d’entreprise, le pharmacien titulaire a dû rapidement adapter l’organisation de son officine, protéger ses collaborateurs et appliquer les dispositions relatives aux entreprises face à l’épidémie de COVID.

Adaptation des locaux  : 

Le pharmacien titulaire a dû réorganiser les locaux de son officine (zone d’accueil du public, plexiglas, fléchage… et back office).

Pour l’accompagner, des protocoles régulièrement mis à jour ont été diffusés par les autorités et les représentants de la profession :

Travail en pharmacie : quelles précautions prendre contre le Covid-19 ? (Février 2021)

La gestion de l’officine – COVID19

Protection des équipes :

Au début de la crise, des masques chirurgicaux du stock d’État ont progressivement été mis à disposition des équipes : pharmaciens, préparateurs et stagiaires. Cette distribution de masques par l’Etat est toujours en vigueur jusqu’à épuisement des stocks chez le grossistes et les officines.

Les officines sont invitées à constituer un stock de sécurité correspondant à 3 semaines de consommation en temps de crise épidémique pour leur équipe. 

Gestion des ressources humaines

Le pharmacien titulaire a parfois dû adapter la composition de son équipe, notamment pour les collaborateurs présentant certaines fragilités de santé;

Consulter:

Mesures exceptionnelles liées au Covid-19 : une FAQ pour les professionnels de santé

Personnes vulnérables : la nouvelle liste de critères depuis le 12 novembre

Le pharmacien titulaire doit également aujourd’hui être attentif à la gestion des “cas contacts” au sein de son équipe. Les collaborateurs exerçant en officine qui ont été en contact avec une personne testée positive à la Covid-19 peuvent être maintenus à leur poste s’ils sont asymptomatiques et sous réserve de respecter les conditions suivantes :

  • Réaliser une auto-surveillance des symptômes ;
  • Faire un test RT-PCR entre le 5ème et le 7ème jour du dernier contact, et au maximum à 7 jours du premier contact si celui-ci a persisté ;
  • Respecter des mesures strictes d’hygiène et de distanciation physique (port systématique du masque notamment).

NB: Pour rappel, un cas contact est défini en l’absence de mesures de protection efficaces pendant toute la durée de contact comme (Santé Publique France )

En revanche, un collaborateur testé positif doit rester isolé chez lui, qu’il soit ou pas asymptomatique. L’éviction est de 10 jours à compter des premiers symptômes ou 10 jours à partir du test positif en l’absence de symptômes

Consulter: DGS-URGENT N°2021_20

Aides économiques de l’Etat pour les officines

Plusieurs dispositifs d’aides aux entreprises ont été déployés par l’Etat afin de soutenir l’économie. 

Pour l’officine, il s’agit notamment d’une aide financière pour perte d’activité de l’assurance maladie et d’un accès au fond de solidarité.

Les évolutions de l’exercice officinal : l’engagement de toute l’équipe

Durant la crise sanitaire de nombreuses dérogations à l’exercice officinal ont été mises en oeuvre. Compte tenu de l’ampleur des dérogations et de la fréquence de leur publication, les institutions et représentants de la profession ont diffusé des outils pratiques (type tableaux de synthèse) accessibles sur leurs sites internet. 

Les principaux éléments à retenir sont présentés ci-après.

Les dérogations et encadrements de la dispensation des produits de santé, des actes et du dépistage :

Un ensemble de mesures dérogatoires ont été mises en œuvre pour favoriser la sécurité des soignants, mais également l’accès à certains produits pour les patients.
Des mesures sont toujours en vigueur, d’autres terminées, et certaines susceptibles de revenir.

L’Ordre des Pharmaciens vous propose une synthèse des principaux dispositifs en vigueur dans le tableau « Covid-19: où en est-on ? » disponible au début de la FAQ Officine de l’ONP concernant :

  • Les médicaments et produits de santé ;
  • Les produits hydro-alcooliques ;
  • Les masques ;
  • Les dépistages.

Ce document est régulièrement mis à jour selon l’évolution de la réglementation.

Focus sur les dispensations dérogatoires ou encadrées, recommandations

Les dérogations exceptionnelles applicables pour certains médicaments sont également décrites dans un tableau disponible sur le site du CESPHARM.

La réalisation de TROD nasopharyngés antigéniques 

L’arrêté prescrivant les mesures durant l’État d’urgence sanitaire  autorise les équipes officinales à participer au dépistage de la population à l’aide de tests nasopharyngés antigéniques.

Le pharmacien se doit d’utiliser un test de dépistage COVID-19 homologué par le Ministère de la Santé. Les prélèvements peuvent être réalisés par des pharmaciens, mais également par des préparateurs et des étudiants en pharmacie ayant validé leur première année ayant suivi une formation adaptée, sous la responsabilité du pharmacien. En revanche, l’analyse du test et la remise des résultats ne peuvent être faits que par un pharmacien.

La réalisation d’un test antigénique en officine est prioritairement réservé :

  • aux personnes symptomatiques pour lesquelles il doit être utilisé dans un délai inférieur ou égal à quatre jours après l’apparition des symptômes ;
  • aux personnes asymptomatiques lorsqu’elles sont personnes contacts détectées isolément ou au sein d’un cluster 

A titre subsidiaire, lorsque le pharmacien d’officine l’estime nécessaire dans le cadre d’une démarche de diagnostic, ces tests peuvent être utilisés pour les autres personnes asymptomatiques

Attention: Depuis l’apparition des variants du virus, toute personne revenant d’un séjour à l’étranger dans les 14 derniers jours, ou ayant été en contact rapproché avec une personne ayant séjournée à l’étranger doit être orientée vers un test RT-PCR.

Tout résultat positif doit conduire le patient à faire un second test de criblage par PCR en LBM. Ce second prélèvement peut être pratiqué à l’officine si elle a passé convention avec un LBM.

Nous vous invitons à vous rapprocher des sources suivantes pour davantages d’informations :

En outre, les officines sont autorisées à titre dérogatoire à distribuer ces tests à certains professionnels(médecins, infirmiers, sages-femmes, chirurgiens-dentistes et masseurs-kinésithérapeutes libéraux ou exerçant en centre de santé). La distribution de ces tests se fait sans déconditionnement et dans les limites quotidiennes suivantes : 1 boîte par professionnel de santé et par jour lorsque le conditionnement contient plus de 15 tests, et 2 boites s’il en contient moins de 15.

La facturation est la suivante : 

  • 26,00€ pour la réalisation du test et son interprétation ;
  • 16,20€ pour la seule interprétation du test (quand le prélèvement est réalisé par un autre professionnel autorisé) ;
  • maximum 7,49 euros TTC d’indemnité de distribution des tests à certains professionnels

NB: Pour rappel, les pharmaciens d’officine ne sont pas autorisés à vendre des TROD au public.

Fabrication dérogatoire de biocide à l’officine (SHA) :

Les officines sont normalement habilitées à fabriquer uniquement des médicaments (= préparations magistrales ou officinale). Dans le cadre de la crise sanitaire et pour faire face aux besoins en produits hydroalcooliques, l’Etat a permis aux officines de fabriquer à titre dérogatoire des solutions hydroalcooliques (SHA) qui sont des biocides selon des formules de l’OMS.

Les 2 formules de SHA autorisées durant l’Etat d’urgence sanitaire sont celles-ci : annexe I et annexe II.

Distribution de masques du stock d’État aux professionnels et patients

En début de crise sanitaire, l’Etat a réquisitionné les stocks de masques présents sur le territoire national et s’est progressivement constitué un stock stratégique destiné aux professionnels qui étaient en première ligne pour la prise en charge des patients. 
La distribution de ce stock  a été organisée par Santé Publique France (masques chirurgicaux et FFP2). En circuit ambulatoire, ces sont les pharmacies d’officine qui ont assuré cette distribution aux professionnels selon les instructions de la DGS.  Elle se poursuit jusqu’à épuisement des stocks chez les grossistes et les officines.

Pour les patients (Covid+, cas contact et personnes fragiles), les accueillants familiaux et aides à domicile employés par les particuliers, lorsque le stock d’Etat est épuisé, le relai est pris par la délivrance de masques chirurgicaux, issus du stock de l’officine, accompagnée d’une facturation spécifique à l’assurance maladie (cf tableau de synthèse de la FSPF).

Depuis l’été dernier, les professionnels de ville ont été invités à s’approvisionner selon les circuits habituels d’achats et à constituer un stock de sécurité de 3 semaines de consommation en temps de crise épidémique. Cette disposition s’applique aux pharmacies d’officine.

Référencement des produits dispensés dans l’officine :

Les pharmaciens d’officine ne peuvent faire le commerce de marchandises autres que celles figurant à l’ Arrêté du 15 février 2002 modifié. Face à la forte demande de la population, le pharmacien a dû rester vigilant sur le référencement des produits dans son officine.

Référencement des masques chirurgicaux (dispositifs médicaux) et des masques FFP2 (équipements de protection individuelle respiratoire=EPI)

Les masques chirurgicaux et FFP2 font partie des marchandises autorisées à l’officine.
Durant la crise sanitaire, des masques ne répondant pas aux normes européennes ont été temporairement autorisés à l’importation et à la vente au détail. Pour leur référencement, les pharmaciens pouvaient notamment s’appuyer sur le tableau équivalence des normes douane).
NB: les visières qui sont des EPI oculaires ne font pas partie de la liste de l’arrêté et ne peuvent donc pas être délivrés en officine

Autorisation de la vente des masques non sanitaires à la sortie du confinement 

Le 26 avril 2020, la liste des marchandises dont le pharmacien d’officine peut faire le commerce a été étendue aux “masques non sanitaires fabriqués selon un processus industriel et répondant aux spécifications techniques applicables”. 
Les masques “faits maison” ou fabriqués de manière artisanale (ex: couturière, tapissier … y compris selon le cahier des charges AFNOR) ne peuvent pas être distribués par les officines.

La vaccination contre la Covid19

Les perspectives d’une vaccination

Devant l’ampleur et la rapidité de propagation du coronavirus, les laboratoires de recherche, publics et privés, travaillent sans relâche dans la mise au point d’un vaccin pour combattre ce nouveau virus, et ainsi obtenir une immunité collective pour l’endiguer. L’effort est sans précédent. Les phases pré-cliniques et cliniques ont été accélérées en moyenne d’un facteur 10 par rapport à la normal. Quand 15 à 20 ans sont habituellement nécessaires au développement d’un nouveau vaccin, une durée de 15 à 20 mois est estimée pour celui du SARCOV-2.

Comparaison des délais de développement de différents vaccins

Nous vous proposons une brève vidéo, réalisée par l’URPS Pharmacien Grand-Est, qui a vocation à rappeler les principaux types de vaccins et d’évoquer ceux en cours de développement.

Pour retrouver toutes les dernières informations relatives aux avancées des candidats vaccins, n’hésitez pas à vous rapprocher du site de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Le rôle du pharmacien d’officine et des étudiants en pharmacie dans cette vaccination

La réglementation permet depuis le 5 mars 2021 aux pharmaciens d’officine, des pharmacies mutualistes et de secours minières de prescrire et administrer  les vaccins contre la Covid-19. La vaccination ne peut être mise en oeuvre que par les pharmaciens habilités à vacciner en officine. Une formation complémentaire n’est pas obligatoire pour ces pharmaciens. Son déploiement en officine évolue régulièrement (cf DGS-Urgent).

A ce jour, la vaccination à l’officine est pratiquée avec le vaccin AstraZeneca et prochainement Janssen.

Consulter:

L’espace dédié à la vaccination Covid à destination des professionnels de santé notamment les Portfolios 

La liste DGS-Urgent  (relayés régulièrement par le DP)

ONP : FAQ officine COVID

CESPHARM : Vaccination Covid

Vaccination info service

Prescription à l’officine

Les pharmaciens sont autorisés à prescrire les vaccins Covid à toute personne, à l’exception :

  • des femmes enceintes,
  • des personnes présentant un trouble de l’hémostase (les personnes sous traitement anti-coagulant ne sont pas concernées par cette restriction),
  • des personnes ayant des antécédents de réaction anaphylactique à un des composants de ces vaccins ou ayant présenté une réaction anaphylactique lors de la première injection.

Pour les cas d’exclusion, le pharmacien oriente le patient vers un autre professionnel habilité:

  • Médecins,
  • Sages-femmes : pour les femmes et l’entourage de la femme enceinte et de l’enfant pendant la période postnatale, à l’exception des personnes ayant des antécédents de réaction anaphylactique à un des composants de ces vaccins ou ayant présenté une réaction anaphylactique lors de la première injection.

NB: Les étudiants en pharmacie ne sont pas habilités à prescrire les vaccins

La vaccination à l’officine

Elle est possible pour toute personne, à l’exception de celles ayant :

  • des antécédents de réaction anaphylactique à un des composants de ces vaccins,
  • présenté une réaction anaphylactique lors de la première injection.

Aux côtés des pharmaciens habilités, les étudiants de troisième cycle court de pharmacie peuvent pratiquer cette vaccination sous réserve qu’ils aient suivi soit les enseignements théoriques et pratiques relatifs à la vaccination dans le cadre de leur cursus, soit une formation spécifique à la réalisation de cet acte, dispensée et attestée par un professionnel de santé formé à l’administration des vaccins.

Un point sur les thérapeutiques (au 15/11/20)

L’URPS Pharmaciens Grand-Est vous propose une nouvelle vidéo qui compile les dernières données relatives aux traitements proposés, ou en cours d’évaluation à travers le monde, pour combattre le sars-cov-2 ou coronavirus.

Il est important de noter que le recueil des données a été arrêté au 15 novembre 2020, et donc, qu’il convient à tout à chacun de prendre en compte les dernières données de la sciences.

Vous y découvrirez toutes les informations relatives aux essais cliniques en cours et les données les plus probantes de l’essai Solidarity notamment, en cliquant sur ce lien.

OÙ EN SOMMES-NOUS A CE JOUR ?

MASQUES
Distribution à titre gratuit de masques issus du stock Etat
– Pour les professionnels (chirurgicaux et FFP2)
– Pour les patients covid, cas contact et personnes à risque (chirurgicaux)
jusqu’à épuisement des stocks
Relai assuré par la dispensation de masques du stock de l’officine:
-aux patients covid, cas contact et personnes à risque avec facturation à l’assurance maladie
– aux accueillants familiaux et aides à domicile employés par les particuliers
à partir du 5/10/2020

à partir du 27/10/2020
Encadrement du prix de vente au public des masques chirurgicauxen vigueur
GELS ET SOLUTIONS HYDROALCOOLIQUES
Autorisation de fabriquer des solutions hydroalcooliques en officineen vigueur
Encadrement des prix de vente des GHA et SHAen vigueur
DISPENSATION DES MEDICAMENTS ET PRODUITS DE SANTE
Renouvellement exceptionnels (traitements chroniques, hypnotiques, anxiolytique, stupéfiants)stop 10/07/2020 *
Renouvellement exceptionnel des TSOen vigueur
Renouvellement des contraceptifs oraux sur une ordonnance de plus d’un an et de moins de deux ansen vigueur
Renouvellement exceptionnel des produits de la LPPen vigueur
Droit de substitution des DM en cas de rupture avéréeen vigueur
Dispensation au public de médicaments de PUI: circuit PUI/Officineen vigueur
Délivrance exceptionnel du RIVOTRIL® hors AMMen vigueur
Restriction de la dispensation du paracétamol sans ordonnance
Suspension de la vente en ligne
stop 10/07/2020 *
Restriction de la dispensation des substituts nicotiniques
Suspension de la vente en ligne
stop 10/07/2020
Suspension de la vente en ligne des spécialités composées exclusivement d’ibuprofène et d’aspirinestop 10/07/2020 *
Encadrement de la dispensation de l’hydroxychloroquine HAMMstop 10/07/2020
Encadrement de la dispensation du KALETRA®et génériques HAMMstop 27/05/2020
Dispensation dérogatoire des médicaments de l’IVGen vigueur
Vente au public et distribution gratuite pour certains professionnels d’autotests antigéniques à prélèvement nasal
Vente en ligne interdite
en vigueur
Vente interdite des autres autotests:
– sérologiques
– antigéniques nasopharyngés
en vigueur
* sauf en Guyane et Mayotte (prolongation jusqu’au 17/09/2020)
TELESOINS
Accompagnement des patients (anticoagulants, asthme)
Bilans partagés de médication
en vigueur
TROD COVID
TROD sérologiques sur sang capillaire
Réalisés par des pharmaciens
en vigueur
TROD antigéniques par prélèvement nasopharyngé
Prélèvements réalisés par des pharmaciens ou étudiants en pharmacie formés
Analyse du test et remise des résultats par des pharmaciens
en vigueur
Vaccination COVID
Par les pharmaciens d’officine habilités à vaccineren vigueur
Par les étudiants en pharmacie de troisième cycle court formésen vigueur
Résumé des dispositions dérogatoires COVID – Mise à jour 15 avril 2021